Quelques cas
Accueil Actualités Hypnose ? Thérapies Coaching Formations Contact
Sitemap : plan du site
Hypnotherapie
TherapiesFrise

ANXIÉTÉ
C’est un sentiment d’appréhension ou malaise, découlant d’une anticipation de crainte d’un danger interne ou externe mais indéfini. Selon les théories psychanalytiques, ce danger provient de menaces, généralement insconscientes, dirigées vers le moi du sujet. Elle se manifeste par des tensions motrices (tremblements, fatigabilité,...), une hyperactivité du système nerveux autonome (sueurs, palpitations, .....), une appréhension permanente (quelque chose de mauvais va arriver, ...) une vigilance exacerbée (impatience, irritabilité, ...)
L’hypnothérapie peut casser ce cercle vicieux et restaurer l’équilibre du système nerveux autonome avec une disparition significative des symptômes.

APPRENTISSAGES voir études

BOULIMIE voir poids

CANCER (aide au traitement)
L’hypnothérapie et les techniques d’imagerie visuelles aident à supporter les traitements chimiques du cancer. Une majorité de personnes ont une fausse image du cancer qui peut être modifiée par l’hypnothérapie. Le sujet est amené à croire fermement à la rémission de sa maladie et à l’efficacité des traitements médicaux, à éliminer ses peurs et ses craintes, ses idées fausses (maladie contagieuse, honteuse, défigurante, repoussante, mortelle à 100 % etc, ...). L’hypnothérapie déculpabilise le sujet, neutralise les images négatives en l’ouvrant à une attitude d’espoir et de détermination optimiste.

CONFIANCE EN SOI
Augmenter la confiance en soi et l’estime de soi en tenant compte de possibles éléments négatifs dans le système de croyances et les attitudes face à la vie du sujet. Celui-ci, avec l’hypnothérapeute, va se rendre capable de se présenter lui-même sous un jour favorable face aux autres et face à lui et ainsi, grâce au nouveau sens de sa compétence personnelle, prendre le contrôle de sa vie à l’avenir. On peut, par la régression si nécessaire, découvrir des programmations négatives passées qui affectent le comportement actuel et recadrer le tout. On ne peut réécrire le passé, mais on peut en changer la perspective en se focalisant sur les événements positifs plutôt que sur les autres. Ainsi, on ouvre la porte qui permet de saisir les opportunités qui permettent au sujet d’emprunter les avenues du progrès personnel et d’atteindre le succès.

DÉPRESSION
Pendant de nombreuses années, l’hypnothérapie a été considérée comme contre-indiquée dans la gestion des états dépressifs. Les personnes souffrants de dépression et en montrant les symptômes étaient, comme c’est le cas, considérées comme psychologiquement fragiles. La confiance est au plus bas, l’estime de soi est à la cave, la motivation est absente et, au-dessus de tout, il n’y a pas d’espoir d’amélioration.
Les thérapeutes qui ne sont pas experts, qui n’ont pas une formation sérieuse en sciences humaines, doivent absolument référer ces cas aux praticiens expériementés. Ce n’est pas un champ de travail pour un néophyte, un inexpérimenté, ou “un monsieur (une madame)-je-sais-tout”.
D’un autre côté, selon les écrits du Dr. Michael Yapko, l’hypnose, utilisée par des thérapeutes compétents est reconnue comme un traiement de choix dans ces cas. Par sa possibilité de créer une modification d’attitude face aux événements, l’hypnose peut être un facteur empêchant le suicide, générant l’espoir et créant l’acceptation du concept qu’une amélioration est non seulement possible mais probable.

DOULEURS (voir aussi Gant anesthésique)
C’est une chose connue depuis longtemps que l’hypnothérapie peut contrôler jusqu’à un degré substantiel, parfois totalement, des douleurs d’intensités différentes en enlevant les croyances erronnées et sachant que le cerveau est capable de produire lui-même des endorphines, substance analgésante 10 fois plus forte que la morphine. Avant la découverte de l’anesthésie chimique, en 1845, en Inde, Le Dr Esdaile réalisa plusieurs milliers d’opérations mineures et 300 opérations majeurs (amputations,...) sous ce que l’on appelait à l’époque le “coma mesmérique”. Esdaile réduisit le taux de mortalité opératoire de 50 % à 5 %. Actuellement, l’hypnose est utilisée à titre expérimental dans la dentisterie, les accouchements et en chirurgie faciale à l’Université de Liège (Belgique) où plus de 3000 opérations ont été réalisées avec succès sans anesthésiant chimique.

DOULEURS FANTÔMES
La douleur persistante dans la région d’une extrémité amputée n’est pas inhabituelle, mais peut être considérée comme une complication post-opératoire. Dans les années 50, sur 100 cas traités sous hypnose, 22 % étaient guéris et 13 % ressentaient une diminution importante de la souffrance. Une théorie particulière fait utilisation du “gant anesthésique”; une autre induit un déplacement de la douleur jusqu’au milieu de nulle part (Erickson). On peut aussi utiliser une technique de régression ou de progression visualisant un futur prometteur.

ÉTUDES ET APPRENTISSAGES
Il est important de comprendre que l’hypnothérapie ne se limite pas à implanter des suggestions dans l’inconscient. L’hypnose est un puissant facteur d’amélioration des performances d’apprentissage. Le sujet peut apprendre l’auto hypnose et la pratiquer en ayant les yeux bien ouverts, capable d’absober l’enseignement de matières diverses, retenir des informations écrites et même passer des tests importants. Il a été établi que l’apprentissage, la rétention et le rappel peuvent être améliorés jusqu’à 80 % par l’utilisation de l’hypnose.
Il est important de comprendre que l’utilisation de l’hypnose peut être hautement bénéfique lorsque son utilistation consiste simplement à traiter de l’information. Cette information, bien entendu, devra être en relation avec les suggestions utilisées dans ce but précis.

ESTIME DE SOI : (voir confiance en soi)

GANT ANESTHÉSIQUE (voir aussi Douleurs)
C’est une perte de sensation partielle ou physique dans une région donnée. On peut aussi transférer le “gant anesthésique” dans une partie quelconque du corps.

HOQUET
Il est causé par une contraction spasmodique du diaphragme accompagnée par une fermeture soudaine de la glotte. La profonde relaxation permise par l’hypnose peut supprimer ce spasme. Dans certains cas, ce hoquet peut cacher un conflit émotionnel.

INSOMNIE
Dormir est un besoin basique. Une insomnie passagère n’est pas grave, mais un manque de sommeil cumulé nous met de mauvaise humeur, mal dans notre peau et malheureux. Le traitement consiste à recadrer les différents événements qui induisent des émotions négatives, des soucis, et de mettre en évidence les événements positifs. Un relâchement de la tension mentale et musculaire peut être envisagé également.

MIGRAINE
La technique utilisée est la même que celle destinée à faire disparaître ou atténuer les douleurs en général : auto hypnose et techniques de visualisation.

MOTIVATION
La motivation, dans de nombreux cas, peut être augmentée, par un travail préliminaire dans les aires de la confiance en soi et de l’estime de soi. La motivation effective est difficile à atteindre par une personnalité empreinte de doute de soi et d’insécurité.
Le psychologue Abraham Maslow a défini 5 niveaux de motivation, associés à des besoins classés par odre principal d’acquisition :

1. Physiologiques (nourriture, boisson, sommeil, sexe)
2. Sécurité (protection, structure, encadrement, ordre)
3. Appartenance et amour (Contacts sociaux, amis, famille, intimité)
4. Estime (être respecté, admiré, valorisé, estimé et de respecté)
5. Auto-actualisation (grandir, avancer, augmenter, atteindre l’accomplissement de tout son potentiel)

La motivation pour le succès impliquera l’établissement d’objectifs précis. Il se peut que le sujet recherchant une amélioration de ses motivations bénéfécie auparavant d’une session d’établissement et de réalisation de ses objectifs et/ou de renforcement de la confiance en soi.

OBÉSITÉ (voir poids)

PANIQUE (voir anxiété)

POIDS (surcharge pondérale - contrôle - boulimie)

POITRINE
Il existe des stratégies sous hypnose qui induisent l’augmentation ou la diminution du volume mammaire. Le programme mis en oeuvre est destiné à aider le sujet à mettre en oeuvre ses propres ressources naturelles pour atteindre le changement désiré, le corps et l’esprit étant totalement liés. Il ne faut pas attendre des changements irréalistes : ceux-ci sont graduels, mais mesurables. L’enregistrement doit être écouté journellement pendant 12 semaines au moins.

RÉGRESSION
A cause des réactions qu’elle peut engendrer chez le sujet, la régression dans le temps est une technique très délicate à utiliser. Débutants ou insuffisamment formés à cette technique, s’abstenir... !
Je n’engage jamais une régression dès la première visite. Il faut au moins 2 sessions, parfois plus selon les réactions du sujet. Celui-ci doit avoir une expérience de l’état hypnotique et se sentir à l’aise face à cet état et face à l’hypnothérapeute.
Une régression n’est jamais gratuite : elle doit toujours se construire à partir d’un problème dont on veut rechercher la cause pour l’éliminer.

SEINS (Voir poitrine)

SIDA
L’hypnothérapie et les techniques d’imagerie visuelles aident à supporter les traitements médicamenteux du sida. Une majorité de personnes ont une fausse image du sida qui peut être modifiée par l’hypnothérapie. Le sujet est amené à croire fermement  à l’efficacité des traitements médicaux, à éliminer ses peurs et ses craintes, ses idées fausses (maladie  honteuse, défigurante, repoussante, mortelle à court terme, etc.). L’hypnothérapie déculpabilise le sujet, neutralise les images négatives en l’ouvrant à une attitude d’espoir et de détermination optimiste, en lui donnant conscience du fait que certains progrès médicaux peuvent arriver à temps pour l’aider encore mieux.

STRESS (gestion)
Tout stress n’est pas un mauvais stress. Par exemple, des intérêts “romantiques” peuvent produire du stress qui conduit à la motivation d’augmenter ses possibilités personnelles jusqu’à la vie commune et la fondation d’une famille. L’anticipation ou la reconnaissance de récompenses peut produire du stress, tout aussi bien que l’éloge ou la reconnaissance publique. Ces stress, qui favorisent le développement personnel, sont très positifs.
Cependant, le stress qui rend débile, effraie, produit l’insécurité ou engendre la dépression est malsain et indésirable. Vivre avec un tel stress doit impliquer la nécessité de recherches car ses causes, si elles ne sont pas déterminées, doivent être investiguées utilisant des techniques de discussion, d’hypnoanalyse et même de régression. La plupart du temps, arriver à la connaissance et à la compréhension de ces causes peuvent éliminer le problème.
Ce mauvais stress peut s’accompagner de douleurs, inconfort, douleurs réelles ou imaginaires et même surcharge mentale.
Le traitement peut aussi consister à activer la “réponse de relaxation” qui est l’exact opposé de la réaction de combat ou de fuite.
Après avoir éliminé le stress immédiat, le sujet peut s’entraîner à l’autohypnose pour se gérer plus efficacement dans le futur.

Title of Page will be generated by NetObjects Fusion.